S’il existe un événement de la technique intellectuelle qui peut exposer le mieux la nouvelle situation de notre temps, c’est sans doute le développement des médias : la presse, le cinéma, Internet, la télévision… Il est évident leur énorme force sociale dans notre vie moderne. La triste situation politique et matérielle de notre temps a tellement perverti le sens du mot « culture » que celles qui devraient en fait représenter les forces culturelles sont par contre aujourd’hui entre les mains de grandes entreprises, instruments dégradés d’oppression éthique et intellectuelle au service des bénéfices du capital.

Contre les forces du capital qui inondent le monde de toutes les formes possibles d’expression culturelle visant la diffusion des valeurs sur lesquelles il repose (l’individualisme, l’hétéro-patriarcat, la concurrence, la guerre, la violence, l’inégalité, l’égoïsme) et contre leur culture soi-disant post-moderne, il est indispensable d’opposer une NUEVA CULTURA (nouvelle culture) de la modernité, de la solidarité et de la justice sociale mettant les forces de travail au centre de la transformation sociale.

Cette NUEVA CULTURA peut et doit devenir un puissant levier pour la transformation des conditions historiques et sociales et encourager le développement humain à travers une culture synthétisant la curiosité de toutes les générations d’artistes (notamment les plus jeunes) qui sentent bouillir dans leur sang le battement de ces nouveaux temps.

L’une des tâches la plus essentielle de notre existence consiste notamment à lutter contre l’action dénigrante et infâme des médias et de l’industrie mercenaire de la culture et à libérer cette atmosphère sombre, grâce à une franche et leste action critique, polémique et créative, de la dense encre mercenaire.

Tout ce qui représente une lutte décidée contre la réaction du capitalisme et du fascisme qui nient les êtres humains dans leur diversité ; contre l’hétéro-patriarcat qui nie les femmes et leur rôle de premier plan dans l’histoire du monde et, enfin, contre la violence à l’égard des groupes historiquement opprimés, tout cela peut et doit être des nôtres.

Nous voulons opposer à la force monstrueuse et aliénante de la presse corruptrice une autre force pleine de conviction énergique et créative qui, en réponse à sa noble destination culturelle, contribue à réaliser la justice sociale, formule suprême de la liberté humaine.

Nous souhaitons tout spécialement rendre hommage à cette expérience d’avant-garde menée par Josep Renau en 1935 sous le même nom et dans le même but, conscients, en reprenant ce flambeau,  de notre grande responsabilité.

Nous voulons ouvrir nos pages à l’inspiration humaine la plus large. Dans NUEVA CULTURA, nous attendons et souhaitons la compagnie de tout ce qui représente une force vivante et féconde.

Abandonner cet élan dans d’autres mains trahirait une partie de notre mission, parce que là où d’autres finissent, nous tous et toutes avons encore beaucoup à faire